10 idées reçues sur le cloud : comment s'en débarrasser ?

Il y a quelques années, le Cloud était peu présent en entreprise. Cette technologie connait une progression fulgurante et fait désormais partie intégrante des logiciels et des services numériques. Cela s'explique par un changement des modes de travail et un besoin d'agilité, de sécurité et de réduction des coûts de stockage. Mais de nombreuses entreprises sont réticentes et partagent des doutes qui sont issus de diverses idées reçues que nous allons présenter.

1. Le Cloud, c'est le joujou de la DSI

La DSI joue un rôle important à l’égard du Cloud. Son rôle est d'évaluer le potentiel du cloud pour l'ensemble de l'organisation. Les bénéfices sont mesurables : Il permet un gain de productivité grâce à l'interconnexion des données, un gain de coût et une plus grande flexibilité et cela pour toutes les fonctions de l'entreprise. C'est pourquoi, le Cloud est une réelle opportunité pour l’entreprise et pas seulement un "joujou" pour la DSI.

 

2. Le Cloud, c'est pour les grandes entreprises

Contrairement aux petites organisations, les grandes entreprises utilisent et maitrisent davantage le cloud. D'après les idées reçues, le Cloud serait réservé à ces dernières. En réalité, le Cloud est un outil démocratique puisqu'il est accessible à tous, peu importe la taille de l'organisation. Le Cloud permet aux éditeurs de créer des outils adaptatifs et accessibles ce qui donne la possibilité aux TPE et PME d'utiliser des outils haut de gamme et d'instaurer progressivement une égalité entre toutes les entreprises.

 

3. Dans le Cloud, la réglementation est plus exigeante

Les nouveaux besoins de sécurité du Cloud couverts par les règlementations (RGPD, norme ISO 27018) seraient trop contraignants et freineraient le potentiel de flexibilité. En effet, les règlementations sont nombreuses mais le Cloud évolue rapidement afin de devenir une technologie permettant à la fois : la sécurité, la confiance, une utilisation libre, efficace et sans contraintes.

 

 

Je trouve particulièrement efficace de pouvoir me reposer sur Sage pour l'actualisation des taux […] Ce qui ne m'empêche pas de pouvoir intervenir librement […] Je trouve ça extrêmement avantageux.

 

 

Sandrine Sutrat – Responsable Paie et Droit en temps partagé, My Retail Box

 

4. Migrer dans le cloud ? Je perds mes investissements

L'arrivée du Cloud enlève la nécessité pour les entreprises de disposer d'infrastructures informatiques physiques pour stocker leurs données. Désormais, elle fonctionne avec le mode SaaS. Pour les entreprises ayant investi dans ces infrastructures physiques, le passage au Cloud peut être vu comme une perte d'investissement. Cependant, il est possible de stocker qu'une seule partie des données de l'entreprise dans le Cloud ce qui rend la transition plus progressive. Contrairement aux infrastructures physiques, l’utilisation du cloud offre également des bénéfices comme l'indifférence à l'obsolescence ou encore le faible coût des frais de maintenance.

 

5. Le Cloud alourdit mon empreinte carbone

D’ici 2030, les centres de données du monde entier devraient voir leurs demandes d’électricité augmenter (3 à 10 %). En réalité, le Cloud tend à devenir une technologie responsable pour plusieurs raisons. En effet, le Cloud est moins polluant que l’exploitation On premise ce qui montre que l’arrivée du Cloud a permis une progression de l’impact carbone liée au stockage de données. De plus, le Cloud a une marge d’amélioration sur la consommation de ses serveurs qui passe par l’évolution des technologies. Le Cloud a un autre avantage écologique, il n’induit pas de consommation inutile, au contraire de la configuration On premise. Il s’adapte avec souplesse aux besoins des utilisateurs et des entreprises.

 

6. Avec le Cloud, il y a un risque de cyber sécurité 

La sécurité des données internes est primordiale dans le monde de l’entreprise car les risques sont plus importants. C’est pourquoi, l’arrivée d’une nouvelle technologie de stockage suscite des inquiétudes et une grande exigence du côté des entreprises. Les données sont confrontées à deux types de danger : les risques digitaux (cyberattaques) et les risques physiques (incendies). Ces dangers ne sont pas spécifiques au Cloud. Le Cloud dispose de garanties de sécurité très sérieuses : principes de sécurité réseaux et protection physique des serveurs.

 

 

Auparavant, si mon serveur tombait en panne, je perdais un mois de comptabilité. Aujourd’hui, nous sommes capables de récupérer notre référentiel financier en quelque heures.

 

 

Julien Guliana – Directeur Administratif & financier, Groupe Oui Care

 

7. Passer dans le cloud, c’est perdre son autonomie 

Certaines entreprises craignent la perte de contrôle des données dont elles disposent dans le Cloud.  Les fournisseurs d’accès Cloud sont soumis à des audits afin de mesurer leur sérieux et leur engagement. Il est important de vérifier que le partenaire fournit un accès constant aux données qui doivent être protégées et stockées avec rigueur. En réponse à la demande grandissante, l’offre variée permet de trouver facilement un partenaire. Ce dernier répondra précisément aux besoins du client en optimisant son offre.

 

8. Dans le Cloud, il y a beaucoup de coûts cachés 

Cette croyance trouve son origine dans les coûts variables des offres Cloud. Les entreprises craignent de ne pas maitriser les différents coûts à venir. En réalité, la variabilité des prix est due à l’agilité des offres Cloud. Les entreprises ne payent seulement ce qu’elles consomment. De plus, les intégrateurs de solutions Cloud mettent en place des prix fixes pour les prestations non-variables comme la protection des données. Le client dispose d’offres Cloud variables, transparentes et personnalisables. Ce qui évite les coûts supplémentaires.

 

9. Quand il n’y a pas de réseau, il n’y a pas de Cloud 

Sans réseau, une partie de l’accès au Cloud peut être suspendue. Dans le Cloud, les interruptions de réseaux sont de courte durée et se font rares. Les fournisseurs comme Sage garantissent une accessibilité de 99,5% au Cloud, ce qui est supérieur aux configurations On premise.

 

10. Le Cloud, c’est l’inconnu

Avec le Cloud, les entreprises sont confrontées à de nouveaux défis. Cependant, l’utilisation du Cloud reste simple et intuitive. L’objectif est de réduire l’effort global de l’utilisateur (connexions faciles, opérations rapides). En ce qui concerne la DSI, le Cloud exige de nouvelles compétences ce qui permet une amélioration des connaissances globales sur l’informatique, un domaine en pleine mutation.

 

5 bonnes pratiques pour passer sereinement au Cloud 

  • Inclure toutes les directions métier à la transformation de l’entreprise
  • Prendre en compte toutes les dimensions du projet de transformation
  • Avoir un modèle économique solide pour financer la transformation
  • Externaliser les fonctions supports pour enrichir son système d’informations de gestion
  • Adopter une stratégie technique : « Saas First »

Veuillez soumettre le formulaire pour accéder au média :

2022-05-31-08-26-09